• 1921
  • 1956
P. H. LANKRINK (1628-1692), peintre, aide de Lely, Londres. Dessins et estampes.
 
Prosper Henry Lankrink était fils d'un soldat de fortune allemand qui avait trouvé emploi aux Pays-Bas et qui mourut à Anvers. Lankrink fit son apprentissage de peintre à l'académie de cette ville et y mit aussi à profit, au dire de Walpole, la collection de « Mijnheer van Lyan » (sans doute l'amateur Antonio van Leyen). L'art de Salvator Rosa l'intéressa vivement, il put l'étudier à loisir lorsqu'il fit ensuite un voyage en Italie, y étudiant la nature, les galeries et y visitant les écoles de peinture. Pourvu de quelques moyens dont il avait hérité de sa mère, il se rendit en Angleterre et y trouva bientôt de riches patrons. Il excella surtout dans le paysage et exécuta aussi des peintures décoratives. Peter Lely, après la mort de van Dijck le peintre attitré des portraits élégants, l'employa à peindre les fonds de ses tableaux. Lely fut le plus passionné amateur de cette époque (voir au L.2092), notamment de dessins, et il est clair que Lankrink, qui avait si profondément étudié les maîtres italiens et qui aimait à imiter Titien et Salv. Rosa, s'inspira de cet exemple de collectionneur. Il profita surtout de la vente après décès de Lely (1682 et 1688), mais ne pouvant alors payer ses nombreux achats, il emprunta de l'argent à un de ses protecteurs, M. Austen. Il ne parvint jamais à se libérer de cette dette et, après sa mort, sa collection fut saisie à la requête d'Austen et vendue. La qualité des œuvres d'art réunies par Lankrink paraît en général avoir été excellente, ce qui ne surprend pas si l'on pense aux enviables occasions d'achat dont il put profiter, par exemple les admirables collections formées par Arundel et par Charles Ir et dispersées de son vivant. Ses relations avec Lely expliquent aussi les beaux dessins flamands, surtout par Rubens et van Dijck, dans sa collection. - Lankrink était un homme populaire à la Cour et dans la haute société (il était page d'honneur du roi Charles II), mais vers le milieu de sa vie il se laissa trop aller à la vie débauchée qui marque le règne de Charles II et devint indolent.
 
VENTES : I. 1693, 8 mai et jours suivants, Londres. Dessins et estampes. Dans la London Gazette n° 2866 on lit l'annonce : « The sale of Lanckrinck's most curious and vast collection of drawings and Prints will begin on the 8th day of May, at 3 after Noon, at the House of the Deceased, at the Golden Triangle in the Piazza's in Covent Garden ».
 
II. 1694, 22 février et jours suivants, Londres. Dessins, estampes, modèles en plâtre « will be exposed to sale on Thursday the 22d instant at 5 after Noon, at Mr. Cocks at the Golden Triangle in Long Acre, London » (London Gazette n° 2951).
 
P. H. LANKRINK , Londres.
 
Pour plus de détails sur ce collectionneur nous renvoyons à l'article bien documenté paru dans The Burlington Magazine, LXXXVI (1945), pp. 29-35, où sont énumérés tous les tableaux possédés par Lankrink et vendus chez Smith et Basset à Londres le 23 janvier 1692/3.
 
numéro
L.2090
intitulé de la collection
Lankrink, Prosper Henry
technique marque estampée, encre
couleur noir
localisation recto
dimension 3.5 x 4.5 mm (h x l)
Frits Lugt, Les Marques de Collections de Dessins & d’Estampes | Fondation Custodia